eden-sur-seine

...transformer une inquiétude sentimentale en combat politique... organiser une grève mondiale des femmes en produisant un film pornographique ! Eden-sur-Seine, roman d'amour, politique, féministe et utopiste. Olivier Berthelot éditions punctum 2007

06 octobre 2008

Le canal saint-denis, lieu de création de la cité idéale d'Eden sur Seine... où Zone Urbaine Partagée ?

Dans Eden-sur-Seine, les berges du Canal Saint-Denis donnent naissance à une nouvelle cité idéale :

( extrait d'une version non publiée) :

Depuis la passerelle qui dominait le canal non loin des Studios Ephémères, Patrick regardait l’Eden qui avait émergé sur les rives du quai Adrien Agnès. Les premières utopies urbaines avaient été imaginées comme des cités insulaires, protégées des atteintes du monde extérieur. Depuis la ville de Milet dessinée au Vème siècle avant Jésus-Christ, mille plans avaient été imaginés. Si Eden-sur-Seine reprenait l’idée de l’agora centrale, elle était ouverte sur l’espace qui l’entourait, par opposition aux cités fermées telles l’île d’Utopia de Thomas Moore. A l’heure du village global, la tentation isolationniste et l’autarcie ne pouvaient plus former le socle des futurs bouleversements sociaux. Eden-sur-Seine avait cependant conservé quelques-unes des bases des utopies urbaines.

 

Son architecture était symbolique. Le temps imparti pour les premières réalisations matérielles étant très court, l’embryon d’Eden-sur-Seine avait été créé sur le modèle des villes issues du mouvement Métaboliste. Ce concept proposait une vision de la cité idéale, basée sur un croisement de la biologie et de l’informatique. Remontant aux années soixante, les plans des premières structures étaient prêts et n’avaient ainsi nécessité que de très légères adaptations.

 

Depuis la passerelle, Patrick pouvait contempler une sorte de totem urbain portant sur ses branches rayonnantes des capsules d’habitation. Le long de la tour centrale, des cellules se présentant sous forme de cylindres plats s’emboîtaient comme des feuilles. Chaque capsule était aménagée avec les dernières innovations de la domotique. Les cellules plantées dans l’arbre-totem avaient été conçues en espaces modulaires dont l’aménagement d’une partie était laissé à la disposition de leurs futurs utilisateurs, sans aucune contrainte architecturale ou esthétique. D’autres cellules étaient d’ores et déjà aménagées et formaient le nœud central de l’autre dimension d’Eden-sur-Seine : l’interactivité et la communauté numérique.

Et voici maintenant que la Seine-Saint-Denis se lance  dans

L'ART GRANDEUR NATURE - ZONES URBAINES PARTAGÉES

artoff3344

Synesthésie propose cette année des «Manières de fluer» qui sillonnent et rythment
la ville de Saint-Denis. Du local au global, trois projets artistiques rendent perceptibles
les flux qui organisent notre environnement et notre territoire.

SUR LES BERGES DU CANAL SAINT-DENIS -- DU 20 SEPTEMBRE AU 19 OCTOBRE 2008

Périmètre de la gare de Saint-Denis [ RER D et SNCF ]

LAb[au], laboratoire d'architecture et d'urbanisme, explore les transformations de l'architecture,
de l'art et du design sous l'influence des évolutions technologiques. Le collectif élabore des oeuvres
interactives, des performances et scénographies audiovisuelles.

«fLUX, BinaryWaves» (Ondes Binaires) est une installation plastique, sonore et visuelle, située
sur une berge du canal Saint-Denis. Une activité incessante et fascinante se déploie tout autour
de ce lieu nodal, en voie de réaménagement, qui est relié par deux ponts au centre historique
de Saint-Denis. Fruit hybride d'une combinaison entre technologies de l'information, mécanique,
électronique, sculpture, son et lumière, «fLUX, BinaryWaves» réagit aux flux de cet espace public,
et plus spécifiquement aux mouvements des passants et en révèle l'extraordinaire mobilité urbaine.
L'oeuvre utilise l'espace scénique urbain pour générer à partir de ces flux un jeu cinétique,
une mise en jeu de confluences.

L'installation «fLUX, Binary Waves» bénéficie également du soutien du Ministère de la culture et de la communication–
DICREAM, du Conseil régional d'Île-de-France, de la Ville de Saint-Denis et de Plaine Commune, ainsi que du concours
de la Commission Arts numériques de la Communauté française de Belgique et du partenariat du Centre Wallonie-Bruxelles
à Paris, de la RATP, du Transilien SNCF, des lycées ENNA à Saint-Denis et Denis Papin à la Courneuve.

À L’ESPACE SYNESTHÉSIE
Jérôme Joy – «Interludes (2008)»
«Interludes (2008)», oeuvre du compositeur-réalisateur Jérôme Joy, est un flux continuel d'images
qui nous plonge dans des lieux et paysages générés par des webcams mises en réseau autour
du globe. Les «Interludes» renouvellent le dispositif cinématographique tel que nous le connaissons.
Séquences instantanées, ambiances et fragments d'étendues imprévues et distantes, ils forment
une sorte de film sans début ni fin, sans acteur ni scénario, excepté les histoires que nous pouvons
nous construire en suivant le fil des images et de la bande son.

Posté par eden66 à 15:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    I have been visiting various blogs for my term paper research. I have found your blog to quite useful. Keep updating your blog with valuable information...Regards

    Posté par Term Papers, 11 mars 2010 à 12:50

Poster un commentaire