eden-sur-seine

...transformer une inquiétude sentimentale en combat politique... organiser une grève mondiale des femmes en produisant un film pornographique ! Eden-sur-Seine, roman d'amour, politique, féministe et utopiste. Olivier Berthelot éditions punctum 2007

20 janvier 2008

Amazon, ou la gratuité à géométrie variable (réponse à Thierry Wolton)

J'ai envoyé au Monde une réponse à l'article de Thierry Wolton qui accuse de corporatisme et de poujadisme le syndicat des librairies française pour leur victoire judiciaires contre Amazon.

En voici un extrait (de ma réponse) en avant première pour mes ami-e-s lecteurs.

Amazon permettrait de trouver des ouvrages épuisés ? Oui, mais alors… fi,  de la gratuité ! Il s’agit en effet le plus souvent d’ouvrages vendus par des tiers sur la plate-forme « Marketplace » d’Amazon, et l’envoi d’un livre y est alors facturé 2,99 € l’ouvrage… Amazon pratique la gratuité sur les seuls ouvrages dont il dispose en direct, et, non pas dans la généralité des matin_bruncas, sur les ouvrages épuisés. La gratuité pour les best sellers, le paiement pour les autres… Et voir même pour les best sellers…lorsque leur prix est faible : essayez donc d’acheter « Matin Brun » de Franck Pavloff sur Amazon : cet ouvrage n’est pas épuisé, et pourtant, impossible de l’acheter sans passer par la plate-forme Marketplace et donc avec des frais de port…

A suivre dès que j'aurai pris le temps de supprimer le lien Amazon sur le côté là à droite (promis : en attendant tout profit généré par ce lien ira sous forme de don à l'association des librairie française, ah mais !)

Olivier

Posté par eden66 à 10:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

  • ...


    il n'aurait fallu
    qu'un moment de plus
    pour que la mort vienne
    mais une main nue
    alors est venue
    qui a pris la mienne

    qui donc a rendu
    leurs couleurs perdues
    aux jours aux semaines
    sa réalité
    à l'immense été
    des choses humaines

    moi qui frémissais
    tjrs je ne sais
    de quelle colère
    deux bras ont suffi
    pour faire de ma vie
    un grd colier d'air

    rien qu'un mouvement
    ce geste en dormant
    léger qui me frole
    un souffle posé
    moins qu'une rosée
    contre mon épaule

    un front qui s'appuie
    à moi dans la nuit
    deux grands yeux ouverts
    et tout m'a semblé
    comme un champ de blé
    dans cet univers

    un tendre jardin
    dans l'herbe où soudain
    la verveine pousse
    et mon coeur défunt
    renait au parfum
    qui fait l'ombre douce

    Posté par septime, 20 janvier 2008 à 21:30
  • ben tu as enlevé le deuxième message... tu ne voulais pas que d'autres le lisent?

    Posté par septime, 22 janvier 2008 à 20:19

Poster un commentaire